MESURES D’AUSTÉRITÉ
Début des sensibilisations

Les différents responsables de l’Exécutif et les acteurs politiques proches du parti au pouvoir ont commencé à sensibiliser les populations au sujet des mesures d’austérité récemment décidées par le gouvernement gabonais.

En rencontrant la population du cinquième arrondissement de Libreville, le ministre délégué à la Primature, Raymond Placide Ndong Meyo, a été parmi les premiers à apporter des explications sur le bien-fondé de l’initiative gouvernementale.

«Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a décidé de la redynamisation de notre économie. Car c’est elle qui favorise la prospérité des entreprises. Et lorsque les entreprises prospèrent, il y a de l’emploi», a affirmé le membre du gouvernement.

Les mesures prises par les autorités permettront de contrôler la masse salariale de la Fonction publique, qui est à plus de 700 milliards de FCFA au cours des dernières années. Pour Raymond Placide Ndong Meyo, la Fonction publique ne peut plus être le seul employeur au Gabon. Il faudrait par contre promouvoir la création d’entreprises pour que les Gabonais aient la chance d’avoir du travail et des revenus.

A cet effet, « la réduction du train de vie de l’Etat, la maîtrise des dépenses et l’assainissement des finances publiques sont une bonne chose pour le bien-être des Gabonais », continue le ministre délégué.

« Les mesures d’assainissement des finances publiques permettront d’engranger des bénéfices de plus de 100 milliards de  CFA, qui serviront à la construction des hôpitaux, des routes, et à régler la dette de l’Etat », a-t-il spécifié également.

Par ailleurs, le ministre délégué a appelé la population à être vigilante, face à ceux qui critiquent les initiatives gouvernementales, sans arguments convaincants. «Ce sont les mêmes qui avaient contesté la décision du Chef de l’Etat sur la transformation locale des grumes. Or, cette mesure a créé 3000 emplois pour les gabonais. Méfiez-vous d’eux, ne les écouter pas», a-t-il lancé.