RECETTES HORS PÉTROLE
Vers une hausse conséquente

Selon le ministère de l’Economie, le  déploiement et l’opérationnalisation de l’Office gabonais des recettes vise à faire passer  les recettes fiscales hors pétrole, de 922 milliards de Fcfa en 2017 à 1615 milliards de Fcfa en 2022. Une hausse conséquente qui marquera les efforts du Gabon en matière de diversification de son économie et de l’amélioration de sa gouvernance publique.

A savoir que le Projet d’appui à la diversification de l’économie gabonaise (Padeg), a bénéficié d’un accord de financement de la Banque africaine de développement de 42 milliards de Fcfa. Un financement qui vise à accompagner au moins 100 PME dans la création de plus de 8000 nouveaux emplois dans la zone économique spéciale de Nkok, et à rendre opérationnels les centres de formation de 2ème et 3ème transformation du bois.

«Nous avons pour objectif de rendre notre économie compétitive. La compétitivité part notamment de la mise en œuvre des projets  à forte intensité de main d’œuvre et à fort potentiel de développement », a soutenu dernièrement Jean-Marie Ogandaga, ministre de l’Economie.

Mais une partie de l’enveloppe servira également à mettre sur pied l’Office gabonais des recettes dont la mission première est de booster les recettes fiscales hors pétrole.

Le décaissement de ces fonds qui doivent également contribuer au retour à une «croissance forte et inclusive à travers l’amélioration du climat des investissements, le renforcement des capacités institutionnelles et la diversification de l’économie dans les secteurs prioritaires», est assorti de conditions drastiques.

«Le montant de plus de 42 milliards de Fcfa,  mis à la disposition de l’Etat va passer par un compte à la banque centrale. Ce compte unique du trésor a pour responsable premier le ministre de l’Economie, celui du Budget et  le représentant résident de la BAD qui est là pour veiller sur le financement des projets identifiés dans la diversification de l’économie », a aussi précisé le ministre de l’Economie.