EDUCATION
Les efforts se poursuivent

En vue d’améliorer la qualité de l’enseignement et la gestion des établissements, il s’est tenue une réunion préparatoire avec l’AFD (Agence Française de Développement) sur la formation des conseillers pédagogiques et des responsables des écoles. Cette réunion rentre dans le cadre de l’application des recommandations de la task force sur l’éducation initiée par le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba.

Pour rappel, c’est lors de son discours à la Nation du 16 août dernier qu’Ali Bongo Ondimba a annoncé la mise en place d’une « task force » sur l’éducation dont les travaux ont été menés durant plusieurs semaines. Lors de ses échanges avec les Gabonais résidant en Chine, le président a souligné que le but est de trouver des solutions aux problèmes qui minent le système éducatif gabonais et de mettre en place des mécanismes permettant l’adéquation formation-emploi.

Notons par ailleurs que la semaine dernière a été marquée par le lancement des cours dans deux nouveaux complexes scolaires situés à Owendo et Bikélé permettant ainsi de combler le déficit en salles de classe dans l’Estuaire. Au total, ce sont donc près de 3 000 élèves que vont accueillir ces établissements dont l’ouverture rentre dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la task force de l’éducation. D’autres actions prioritaires pour l’amélioration de notre système éducatif sont prévues.

Quant à l’AFD, son objectif est de faciliter l’accès de tous à l’éducation. « Les caractéristiques du Gabon dans le secteur de l’éducation sont en décalage par rapport aux pays ayant le même niveau de revenus : 44,4 % des plus de 25 ans seulement avaient suivi un enseignement secondaire en 2010 et l’indice de satisfaction de la qualité de l’éducation était de 46,5 % en 2011. Le système éducatif public cumule les défis : nombre de classes insuffisant, classes en sureffectifs, manque d’enseignants, diminution du temps théorique d’apprentissage… », note l’agence sur son site internet.

C’est dans ce contexte marqué par des années de sous-investissement et d’exode rural, que l’AFD a identifié deux priorités : le développement du capital humain et le rattrapage des besoins en infrastructures scolaires.