SOGOTRA
Plan de restructuration

La confirmation de l’information est venue d’Alexandre Désiré Tapoyo, Président du Conseil d’Administration de la Société Gabonaise de Transport (Sogatra)_. Lors de son intervention suite à la  séquestration du ministre des Transports, Justin Ndoundangoye, il a lancé notamment à l’endroit des syndicalistes que l’entreprise sera restructurée afin que son budget et son fonctionnement puissent se conformer aux attentes de son personnel et de ses clients.

A savoir que la Sogatra va connaître une baisse de budget alloué par l’Etat pour l’exercice 2019,  qui passera à 2 milliards cette année contre 3 milliards en 2018. Le PCA de la société, joint au téléphone par la rédaction  de l’AGP ce  jeudi, a annoncé  l’amorce dès le 15 janvier 2019 d’un plan de  restructuration.

«L’avenir de la SOGATRA n’est pas radieux, il n’y a pas eu de détournements. Nous sommes partis de 8 milliards de fonds alloués en 2017 à 3 milliards en 2018 et ce montant descendra à 2 milliards l’année prochaine. Je tiendrai un conseil d’administration le 15 janvier prochain et ce sera la moitié du personnel qui ira au chômage pour motif économique. Ce travail se fera en partenariat avec l’inspection du travail», a-t-il déclaré

Rappelons que les agents ont réclamé à leur ministre de tutelle le versement de 8 mois de salaires. Rodrigue Tsanga, président du syndicat des acteurs du transport terrestre, a expliqué que le  mouvement revendicatif a été déclenché avant de s’étendre vers une démarche administrative auprès du trésor et des comptes publics. Suite à cette démarche, ils ont  reçu un  virement d’un mois de salaire.

Au-delà de cette revendication des salaires impayés, «il y a  une panoplie de problèmes à la Sogatra, dont ceux  de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, de la dette fiscale et sociale, de management et autres…Mais le ministre explique plutôt qu’il s’agit d’un licenciement pour des raisons économiques. Au préalable, il était question de mettre en place un dialogue social franc qui, malheureusement, n’a pas vu le jour. Cela nous aurait évité de sombrer. Nous allons poursuivre notre mouvement», a-t-il aussi lancé.