HYDROCARBURES
La Sogara et la GOC vont fusionner

Le Conseil des ministres du 13 juin 2019 a entériné́ le projet de décret portant fusion de la Société Gabonaise de Raffinerie (Sogara) avec le groupe Gabon Oil Company (GOC). Les détails de cette fusion-absorption n’ont pas encore été rendus publics. Mais selon un cadre ministériel proche du dossier, l’opinion va être édifiée sur les tenants et aboutissants du projet prochainement.

Rappelons que le bimensuel d’information confidentielle français, La Lettre du Continent, a déjà évoqué il y a plusieurs semaines l’éventualité de la dissolution   du groupe Gabon Oil Company, suite à des recommandations émises par le Fonds Monétaire International (FMI). Ce qui, à l’époque, a provoqué de nombreux commentaires sur la toile et a contraint le ministre en charge du Pétrole de monter au créneau pour apporter une « mise au point ».

Devant faire face depuis un bon moment à de sérieuses tracasseries financières et logistiques, la Société gabonaise de raffinage (Sogara) a, pour sa part, été au centre des préoccupations du gouvernement, engagé dans un plan d’assainissement des finances publiques.

« Incapable de satisfaire la demande locale, l’unique raffinerie du pays est contrainte, aujourd’hui, de recourir à des importations massives de produits pétroliers pour combler son gap de production, malgré l’optimisme affiché par ses dirigeants de l’époque. Notamment son ancien directeur général, Noel Mboumba, sauvé « in extremis » du naufrage collectif grâce à un catapultage express au poste de ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures », analyse le site d’information Direct Info Gabon.

Finalement donc, en décidant la fusion des deux sociétés, l’Etat gabonais a choisi de suivre les « conseils » de l’institution de Bretton Woods pour résoudre au plus vite ce problème aussi embarrassant que coûteux. D’autant plus que l’autre projet de construction d’un complexe de raffinerie de nouvelle génération, porté avec le sud-coréen Samsung, tarde à prendre forme.

#HYDROCARBURES