PROJET PORT EN EAU PROFONDE DE PORT-GENTIL
Le mode de financement en discussion

La construction du port en eau profonde de Port-Gentil dans la province de l’Ogooué Maritime, pourrait très bientôt connaitre un coup d’accélérateur. C’est pour discuter des tenants de ce mégaprojet que le ministre gabonais en charge de la Promotion des investissements et des partenariats public-privé, Jean-Fidèle Otandault, rencontré, il y a maintenant plusieurs semaines, Yang Xiao, directeur général de CHEC au Gabon. 

La China Harbour Engineering Company (CHEC), par le biais de son représentant, s’est dite « très intéressée » par ce faramineux projet qui boostera significativement l’économie gabonaise et celle de la sous-région.

« En termes d’investissements directs étrangers, la Chine occupe une place de plus en plus importante. Les entreprises chinoises ont réalisé de grandes infrastructures au Gabon et nous accompagnent dans le financement », a déclaré le ministre de la Promotion des investissements. « Je pense que c’est un partenariat qu’il faudrait développer. C’est ce que nous sommes en train de faire », a affirmé Jean-Fidèle Otandault.

Alors que les discussions sont encore au stade initial, les deux parties ont davantage discuté des mécanismes de financement de ce gigantesque projet qui pourrait créer pas moins de 20 000 emplois directs et indirects, selon le ministre, qui a indiqué que le gouvernement opterait certainement pour un partenariat public-privé.

Le CHEC a, à son actif, la récente construction du Port en eaux profondes de Kribi au Cameroun et d’autres infrastructures portuaires majeures du Nigeria. Elle est d’ailleurs bien connue au Gabon dans la construction de routes et de ponts.