PATRIMOINE IMMOBILIER DE LA CNSS
Visite du chantier d’Okolassi.

Une forte délégation de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) conduite par son Président du Conseil d’Administration, David Mbadinga, était dernièrement sur le site de construction d’une agglomération urbaine à Okolassi, dans le deuxième arrondissement de la commune de Ntoum, à environ 31 km de Libreville.

Le Président du Conseil d’Administration était accompagné des Administrateurs, du Directeur Général, Romaric Youmou Mbodot, du Directeur Général Adjoint, Flore Martine Ngningone Obame, de quelques membres du Comité de Direction et des principaux collaborateurs. Cette visite d’inspection a permis aux Administrateurs de la CNSS de s’imprégner de l’état d’avancement du projet de construction de logements d’Okolassi, démarré en 2014.

Le site d’Okolassi offre aux acquéreurs un cadre de vie attrayant, avec aménagement d’espaces multifonctionnels de haut standing, un complexe scolaire (Bambino village), des aires de jeu et de sport, un marché couvert, etc. Il s’agit pour la CNSS, à travers sa filiale CNSS Immo, « de tendre vers sa vision sociale ».

Le gérant de CNSS Immo, Jocelyne Oyouomi, présentant ce projet d’envergure qui s’entend sur une superficie de 16 hectares, a indiqué que le premier lot composé de 58 villas de 2 à 5 chambres et de R+1 avec local commercial, a été attribué aux acquéreurs en juin dernier.
Une extension de la première phase composée de 103 villas, dont les travaux sont en cours d’exécution par l’entreprise chinoise « Chengdu Third Architecture Engineering Company (C.T.A.E.C.) », sera livrée par lot en mars 2020 et en mai 2020. Ce sont donc au total 161 maisons qui seront livrées au titre de la première phase de construction de logements sur ce site.

CNSS Immo n’a pas manqué cependant de souligner les quelques problèmes rencontrés sur cette zone, notamment l’accès à l’eau potable, l’électrification du site qui est en passe d’être réglée. Au terme de l’étape de la cité d’Okolassi, les Administrateurs ont pour leur part émis quelques réserves concernant l’exiguïté et la promiscuité des maisons issues de l’extension de la première phase.