DEGRADATION DES ROUTES
Des solutions avancées

Ceux qui voyagent par voie terrestre à l’intérieur du Gabon, et particulièrement les opérateurs économiques de la filière bois, éprouvent d’énormes soucis en cette période pluvieuse. En cause, le mauvais état du réseau routier qui entrave fortement leurs activités.

« À cause de la décrépitude du réseau routier, les stations-service éprouvent d’énormes difficultés pour approvisionner les sociétés forestières installées à l’intérieur du pays en carburant », explique Frédéric Ober, le porte-parole de l’Union des forestiers industriels du Gabon et aménagistes (Ufiga) cité par l’agence Ecofin. Un phénomène qui, selon lui, conduit le plus souvent à l’arrêt les activités de certaines entreprises.

Pour essayer de remédier à la dégradation avancée du réseau routier, l’Ufiga a sollicité l’appui du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale. Elle a proposé deux options au chef du gouvernement. La première consiste à faire acheminer le carburant par voie ferroviaire et la seconde porte sur un approvisionnement en carburant depuis le Congo.

Toujours en vue d’améliorer le trafic sur le réseau routier, Frédéric Ober a annoncé l’aménagement, au courant de la prochaine saison sèche, des axes routiers Lastourville-Lopé et Makokou-Okondja par les sociétés forestières affiliées à l’Ufiga. Et pour ce faire, « Nous avons mis en place une équipe pour faire de la prospection sur ces tronçons, malheureusement la période est très difficile avec les pluies. La petite saison sèche qui arrive nous permettra de résoudre des points noirs de certains axes routiers », a affirmé le porte-parole de l’Ufiga.

Enfin, l’Ufiga a sollicité, du Premier ministre, une autorisation de réalisation d’une déviation au niveau du PK 80, en attendant le lancement des travaux sur cette partie de la Nationale 1.