FIBRE OPTIQUE CONGO-GABON
Des failles dénoncées

Léon Juste Ibombo, le ministre congolais des Postes, des Télécommunications et de l’Économie numérique, a fait le point de la mise en œuvre du projet Central African Backbone (CAB), dans son volet Banque africaine de développement (BAD), le 22 janvier 2020. Au cours de cette rencontre, il a dénoncé l’échec du réseau d’interconnexion par fibre optique Congo-Gabon, mis en service en 2017, dans la prise en relai de la connexion à Internet du pays à la suite de la coupure du WACS il y a quelques jours.

Se basant sur les propos du ministre congolais et le rapport établi par le délégataire, l’agence Ecofin a écrit que l’échec découle de nombreuses négligences constatées dans le déploiement de cette infrastructure télécoms. Les failles constatées lors de la construction du réseau de fibre optique Congo-Gabon incluent le déploiement de l’infrastructure sans gaines de protection, des fouilles construites sans tenir compte des usages, des câbles exposés à l’air libre sans protection qui ont suscité des actes de vandalisme.

Aussi, une correction rapide de toutes ces erreurs est exigée par la partie congolaise pour garantir que le tronçon CAB Congo-Gabon « remplisse son objectif d’amélioration des services télécoms en qualité et en quantité ». Il est en outre jugé indispensable que ces manquements servent de mise en garde dans la construction de l’interconnexion par fibre optique Congo-Cameroun et Congo-RCA, ainsi que du data center national.

Par ailleurs, l’unité de coordination du projet CAB Congo est appelée à se conformer à la nomenclature administrative fixée. Léon Juste Ibombo a sommé l’unité de coordination du CAB à se référer désormais systématiquement à sa tutelle qu’est le ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Économie numérique pour toute activité. On attend maintenant la réaction des autorités gabonaises dans ce dossier.