LE DÉFI GABON
L'information quotidienne du Gabon

CONSEIL INTERMINISTERIEL
L’état d’évolution du PRE au menu

 

Le bilan de l’exécution du Plan de Relance Economique a fait l’objet ce jeudi d’une restitution en Conseil Interministériel Sectoriel en présence de plusieurs membres du gouvernement et de hauts cadres de l’Administration.

Présidé par le Premier Ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, les travaux du Conseil se sont penchés sur ce bilan d’étape qui montre que la tendance est à la stabilisation grâce aux efforts liés à la maitrise de la dépense publique et à l’apurement progressif de la dette intérieure afin de relancer la croissance.

« Présenté il y a plusieurs mois et adopté avec succès à l’Assemblée Nationale, le Plan de Relance Economique (PRE), qui a reçu le soutien des principales institutions financières internationales et bénéficie de leur accompagnement, poursuit son petit bonhomme de chemin dans notre pays », a-t-on souligné dans le communiqué publié par le service de presse de la Primature.

C’est dans cet esprit, que le 21 décembre dernier, un décaissement au titre du mécanisme élargi des crédits conclu avec le FMI dont l’objectif est d’assurer la stabilité macroéconomique, et a jeté les bases d’une croissance durable, même si l’essentiel des efforts reste à fournir.

Mais le Premier Ministre qui présidait les travaux du conseil interministériel sectoriel le mercredi 18 avril 2018, reste optimiste. Cet optimisme fait suite à la communication relative à la restitution du bilan de l’exécution du Plan de Relance Economique. Les membres du Gouvernement avec à leur tête, le Premier Ministre, ont pu constater que, profitant de l’embellie des cours sur le marché des principaux produits d’exportation, l’économie gabonaise a connu une certaine tendance à la stabilisation ces derniers mois.

Ils notent que les indicateurs extérieurs s’améliorent en effet et les efforts fournis par le Gouvernement pour maitriser les dépenses publiques et garantir un niveau relativement élevé des recettes, ont permis de dépasser les objectifs fixés par l’ajustement budgétaire.

Selon le bilan de l’exécution du PRE, le déficit a été réduit de 3% entre 2016 et 2017. Quant à la dette publique, celle-ci reste globalement maitrisée.

Au regard de tous ces indicateurs, le numéro un du gouvernement a exhorté tous les membres de son équipe à poursuivre la réduction les dépenses publiques, et à mobiliser d’avantages les recettes fiscales de manière à garantir, de façon pérenne, le financement de tous les projets structurants devant concourir au développement et à la construction de notre pays.