LE DÉFI GABON
L'information quotidienne du Gabon

RAPPORT D’EXECUTION DU PRE
Globalement positif

 

Ce lundi à Libreville a eu lieu la restitution officielle par le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet, du Rapport d’exécution du Plan de Relance de l’Économie (PRE) pour 2017. Pour le chef du gouvernement, le bilan de réalisation devrait être vu à travers les trois objectifs stratégiques fixés à savoir, « rétablir l’équilibre de nos finances publiques, accélérer la diversification de notre économie, réduire la pauvreté ».

Emmanuel Issoze Ngondet n’a pas caché sa satisfaction quant au travail accompli dans le cadre de la mise en œuvre du PRE après avoir rappelé que c’est le 17 mai de l’année dernière que le gouvernement adoptait le plan conformément aux instructions du président de la République, Ali Bongo Ondimba. Il y aura ensuite la séance de présentation à l’Assemblée Nationale le 27 juin.

Pour garantir son exécution efficiente, le Premier ministre a mis en place un dispositif spécifique de pilotage impliquant naturellement le gouvernement qui a reçu une lettre de mission détaillée déclinant de façon précise les actions à mettre en œuvre.

Maintenant, a-t-il soutenu, le temps est venu de dresser le bilan de son exécution. Dans cette perspective, il a demandé au Secrétaire général du Gouvernement et le Bureau de Coordination du plan stratégique Gabon émergent (BCPSGE) de produire un rapport d’étape afin d’évaluer les avancées enregistrées et les difficultés rencontrées par les différents services de l’État et les partenaires du secteur privé, dans l’exécution des programmes et projets retenus.

A savoir que la séance de restitution de lundi a aussi été l’occasion d’acter « un nouvel ordonnancement administratif tel que voulu par le Chef de l’État ». Une disposition qui  « traduit le principe de l’obligation de reddition des comptes, principe de bonne gouvernance auquel ils sont astreints en tant qu’agent ».

Rappel a ainsi été fait que le chef de l’État accorde une importance primordiale à la mise en place d’un système d’évaluation trimestrielle. Le rapport est basé sur des données produites et fournies par les différents services.

Sur le plan extérieur les réalisations du PRE ont permis de renforcer la confiance des bailleurs de fonds internationaux. Ainsi, la dette publique a été réduite de 5 points du PIB : elle est passée de 64% du PIB en 2016 à 59% en 2017, soit mieux que l’objectif fixé de 60% fixé pour 2019.

Quant au déficit budgétaire, il est passé de 6,6% du PIB en 2016 à 3,6 % du PIB en 2017, signal d’une « réduction des déséquilibres des finances publiques », a indiqué le Premier ministre qui a aussi noté que toutefois, « ces exemples sont loin des objectifs à atteindre, notamment l’amélioration de la masse salariale, la collecte des recettes publiques hors pétrole. Ces dernières qui représentent en 2017 12,7% du PIB contre un objectif intermédiaire attendu de 14%, devant conduire à l’objectif cible en 2019 de 16,3% du PIB.

Les financements structurés par le système financier public sont également en deçà des attentes : 40 milliards de FCFA ont été injectés dans l’économie nationale par ce système financier public contre 100 milliards attendus.

M. Issoze Ngondet qui a aussi annoncé la création de l’Office gabonais des Recettes a, enfin, lancé qu’il est nécessaire de donner de donner une dynamique nouvelle au « rythme de croissance » de l’économie.