LE DÉFI GABON
L'information quotidienne du Gabon

SGEPP – GAZ BUTANE
Un nouveau sarcophage pour limiter les carences

La Société gabonaise d’entreposage de produits pétroliers (SGEPP) vient de mettre en service un nouveau sarcophage pour entreposer les gaz butane. Ce qui devrait limiter les carences en gaz dans un avenir proche.

Le sarcophage de la SGEPP comprend deux cigares d’une capacité chacune de 400 m3. Il a fallu un investissement de 5,5 milliards de FCFA pour sa mise en service. Car la modernisation des installations était incontournable afin de limiter les pénuries en gaz butane.

L’initiative a été nécessaire pour répondre aux besoins du marché. Le Directeur général de la SGEPP, Michel Mboussou, ne cache pas sa satisfaction. «Lors de ma prise de fonction en novembre 2017, j’ai trouvé des installations vieillissantes. Et la SGEPP était confrontée à la sécurisation du gaz. Il fallait donc régler au plus vite cette situation»», a-t-il affirmé.

D’autres actions de modernisation sont attendues ultérieurement. «Pour requalifier cette sphère, il faut 2,5 milliards de FCFA. L’Etat ne peut pas nous subventionner. Il faut donc que nous ayons nos recettes propres pour financer cet investissement », a spécifié le Directeur général de la SGEPP.

Avec une hausse annuelle d’environ 5% de la consommation de gaz au Gabon, la SGEPP devait réagir tout en prévoyant de nouvelles possibilités d’action. « Il faut y aller très vite, parce que la consommation de gaz de la population gabonaise est très forte », renchérit Michel Mboussou.

Depuis des années, la SGEPP a comme principales activités l’entreposage de produits pétroliers et le conditionnement de gaz. Elle devait chercher les moyens d’augmenter sa capacité d’entreposage pour répondre à l’attente des consommateurs.

«Ce que nous venons de voir est extrêmement louable parce que pour la première fois en Afrique centrale, le Gabon est précurseur. Les Gabonais vont être régulièrement, sans arrêt aucun, fournis en gaz butane», a réagi le ministre du Pétrole, Pascal Houangni Ambouroue, après la mise en service du nouveau sarcophage.